Parole d’experts

2017

Entretien avec Jean-Jacques Debras, Vice-Président du Siom en charge des Déchèteries Ressourceries et du Programme Local de Prévention.

Décembre 2017

Entretien avec Pascal Le Dû, Responsable des Moyens Généraux au Siom

Décembre 2017

Entretien avec Yvon Cougy, responsable UVE et réseau chaleur au Siom

Novembre 2017

Entretien avec Pirerre Bellone, Reponsable des services techniques opérationels au Siom.

Octobre 2017

Entretien avec Nathalie Ernoult, Repsonsable Finances au Siom

Juin 2017

3 Questions à… Franck Bernard, Vice-Président en charge des Finances et du personnel.

Juin 2017

Entretien avec Clémence Mondiet, Chargée de mission prévention des déchets au Siom

Mai 2017

3 Questions à… Jean-Luc Valentin – Vice-Président en charge des Relations avec les Artisans, Commerçants et de la Redevance Spéciale.

Avril 2017

Bruno Daix, Gérant de Zymovert

Avril 2017

3 Questions à… Dominique Fontenaille, Vice-Président en charge de l’Insertion, de l’Economie Sociale et Solidaire et de la Coopération décentralisée.

Mars 2017

Jean-Philippe Delpeuch, Directeur d’unité opérationelle Otus

Mars 2017

Entretien avec Michel Martin, 8e Vice-Président en charge de la collecte des déchets ménagers et assimilés

Février 2017

Nelly Texier, Responsable des Ressources humaines au Siom

Février 2017

2016

3 Questions à Caroline Von Euw, 11e Vice-Présidente en charge de l’Education et de la Sensibilisation environnementale.

Décembre 2016

Bérénice André, chargée de mission « Projets structurants » au Siom

Décembre 2016

3 Questions à Thierry Sutter, vice-président en charge du Tri et de la Valorisation

Novembre 2016

Christian Deroeux, Repsonsable d’unité d’exploitation chez Dalkia

Novembre 2016

Catherine Revérault, responsable des opéraitions chez Eco-Emballages

Octobre 2016

Jean-François Vigier, réélu Président du Siom, fixe le cap

Juin 2016

Jean-Claude Sadou, contrôleur de collecte

Juin 2016

Marielle Granja, responsable prévention collecte et valorisation

Avril 2016

La Revue de Direction 2016

Mars 2016

Entretien avec Francine Micheline, Chargée de mission Prévention au Siom

Février 2016

2015

3 Questions à… Patricia LECLERCQ, 10e Vice-Présidente Chargée de la Démarche environnementale et de son Amélioration continue.

Décembre 2015

Entretien avec Carlos Cordeiro, Coordonnateur Redevance Spéciale et Suivi des Collectes

Décembre 2015

3 Questions à… Igor TRICKOVSKI (1er Adjoint au Maire de Villejust), 3e Vice-Président Chargé de la Gestion des Sites, des Services Technique et de la Sécurité.

Novembre 2015

Entretien avec Nicole Loza, chargée d’accueil au Siom

Novembre 2015

3 Questions à… Brice CAHAREL (Conseiller municipal de Gometz-le-Chatel), 9ème Vice-Président, en charge de la qualité, des Normes ISO, audits et veille règlementaire.

Octobre 2015

Entretien avec Jessica Gianni, responsable Hygiène, Sécurité et Environnement

Octobre 2015

Entretien avec Judicaël Marie, directeur de l’UVE, exploitée par Généris/Véolia

Septembre 2015

3 questions à… Jean-Jacques DEBRAS (1erAdjoint au Maire de Saclay), 2ème Vice-Président, en charge de la Sensibilisation, et du Programme de Prévention des déchets.

Juillet-Août 2015

Léonardo Sferrazza (Adjoint au Maire de Palaiseau), Vice-Président, chargé de l’Incinérateur, du Réseau de chaleur et de la Vente d’énergie.

Juin 2015

Entretien avec Bernard Bonnifay, Responsable de la communauté Emmaus Longjumeau

Juin 2015

Sandrine Gelot-Rateau, 1ère Vice-Présidente du Siom, en charge des projets structurants et de la communication

Mai 2015

Entretien avec Nathalie Bruneau, Directrice Générale des services du Siom

Mai 2015

Entretien avec André Ruiz, responsable des Services Techniques Opérationnels au Siom

Avril 2015

Au plus près des attentes et des usagers

Au plus près des attentes et des usagers

Entretien avec Igor Trickowski, 
Vice-Président en charge du Site, 
des Services Techniques et de la Sécurité

« Etre au plus près des besoins et des attentes des usagers »

Rédaction SiomActus : les élus du Siom ont adopté le mois dernier un nouveau règlement pour la déchèterie de Villejust. Quelle en est la raison ?
Igor Trickowski : Nous avons souhaité pouvoir être au plus près des besoins et des attentes des usagers de notre déchèterie. Ainsi, en mettant à jour son règlement, nous prenons mieux en compte la réalité du travail effectué par les équipes qui assurent le fonctionnement de ce service et de ses équipements, mais aussi la sécurité de ceux qui l’utilisent, tout en élargissant le champ des déchets pouvant faire l’objet d’un dépôt à la déchèterie.

RSA : Qu’est-ce que cela va changer pour les usagers ?
I.T. : Surtout de la clarification. Le but est de simplifier la vie des usagers, principalement en supprimant le seuil mensuel du volume de déchets autorisés.
C’est aussi une liste de déchets acceptés au dépôt qui a été complétée avec les huiles ménagères, les textiles, linges et chaussures, les ampoules et néons, les DASRI* et les extincteurs…
Enfin, parce que ce qui va sans dire va d’autant mieux en le disant, le règlement porte les rappels nécessaires quant au respect des comportements à adopter à la déchèterie, et notamment à l’égard des agents qui y sont garants de la sécurité.

RSA : Quels sont les projets à venir pour la déchèterie de Villejust ?
I.T. : C’est dans le cadre des aménagements visant à mettre en sécurité le site du Siom qu’il est envisagé d’améliorer le cheminement d’accès à la déchèterie, ainsi que sa sécurisation, aussi bien au service de ceux qui la fréquentent que ceux qui y travaillent, le tout étant complété par des dispositifs visuels et de l’information.
Et bien sûr, le principal projet c’est la création d’une seconde déchèterie (avec une ressourcerie) qui s’installera prochainement sur le plateau de Saclay et qui permettra ainsi de désengorger la déchèterie de Villejust et permettra de pérenniser ce service à l’attention de nos populations en toute proximité. Son accès sera étendu aux commerçants et artisans. S’inscrivant dans la droite ligne du Plan Régional de Prévention et de Gestion des Déchets (Predec), le Siom contribuera ainsi à améliorer le maillage des points de collecte sur son territoire. 

*DASRI : Déchets d’Activités de Soins à Risques Infectieux… en un mot, les déchets médicaux. 

« De nouveaux services proposés 
aux citoyens.  »

Jean-Marie Chaumel,

Directeur régional adjoint de l’agence de l’Ademe.

Le tri sélectif des emballages et papiers mais aussi du verre est aujourd’hui ancré dans la vie des Français et des habitants du Siom. Mais d’autres déchets pourraient être encore mieux triés, comme le souligne Jean-Marie Chaumel, expert dans les déchets et l’économie circulaire. « Je pense aux biodéchets, au bois, au caoutchouc, mais aussi aux jouets ou à l’électro-ménager. Pour ces matériaux, les collectivités préfèrent en général privilégier, soit des collectes exceptionnelles, soit l’apport volontaire, par exemple en déchèterie, voire le compostage par l’habitant pour les biodéchets.
Les recycleries ou ressourceries, qui se développent en Île-de-France, me semblent également une très bonne démarche d’un point de vue développement durable, car elles permettent à la fois de réduire nos déchets et de renforcer l’action sociale en proposant du travail à des personnes en grande difficulté. Mais plus que des consignes de tri, ce sont plutôt de nouveaux services proposés par les collectivités aux citoyens. »

Dans le contexte de rénovation du parc des déchèteries – on en compte plus de 4 500 en France -, il est en effet légitime de s’interroger sur ce que peut ou doit être la déchèterie de l’avenir* : un équipement moderne pour rendre un service performant aux usagers, tout en étant sécurisant pour ces derniers comme pour le personnel. Ce point d’apport volontaire doit également permettre une valorisation optimale des déchets et rechercher en permanence de nouvelles filières de reprise, en priorité locales. Évolutive, cette déchèterie permet aussi de faire face à une éventuelle évolution du nombre de flux triés. Elle a un rôle majeur à jouer dans le développement de la filière réemploi : l’implantation d’une ressourcerie à proximité doit donc être étudiée. C’est tout le sens et la valeur ajoutée du projet porté par le Siom et qui verra le jour sur le plateau de Saclay.

*Sources : Etude Ademe

Rencontre avec Myriam Thaini, Responsable du Pôle Technique

Rencontre avec Myriam Thaini, Responsable du Pôle Technique

Ingénieur en Environnement et en Développement Durable, Myriam Thaini a rejoint le Siom en 2017 pour assurer le pilotage, l’encadrement et la coordination d’un pôle regroupant pas moins de 6 services. Ce large champ d’actions permet à Myriam d’y concrétiser deux engagements forts : être au service du public et de la préservation des ressources. Toujours avec entrain et dynamisme.

Rédaction SiomActus : Racontez-nous votre parcours…

Myriam Thaini : Originaire de deux régions du Sud-Ouest (de la France – Béarn et du Liban – Tyr), je suis arrivée en région parisienne pour y terminer mes études. Après un master 2 en géographie, aménagement du territoire et gestion environnementale, j’ai opté pour l’ingénierie du développement durable. A l’issue de ma dernière année à l’ENSA Versailles, j’ai intégré le monde professionnel en 2009 : 1 an ½ de stage en bureau d’études puis 6 mois au Cap Vert – pays de mon idole, Cesaria Evora – pour la mise en place d’un projet d’éco-tourisme avec l’ONG environnementale Amipaul.
De retour en France, en lieu et place d’une ONG au service d’une population, j’ai intégré le service public en 2012, dans le domaine des déchets qui m’avait captivé lors de mes études et de mes voyages. J’ai commencé dans une commune, puis une communauté d’agglomération et enfin au Siom, une structure dynamique tout en étant à taille humaine, à la recherche d’innovation et d’optimisation, et à compétence unique : la gestion des déchets.

RSA : Le poste que vous occupez couvre un large panel d’activités…

M.T. : En fait, en 2017, suite à une décision de réorganisation interne, six services ont été regroupés : Collecte et Redevance Spéciale, Service techniques opérationnels, Traitement et Valorisation, Unité de valorisation énergétique et Réseau de chaleur urbain, Hygiène-Sécurité-Environnement auxquels s’est ajouté l’ancien service PLP, devenu Prévention et économie circulaire. J’ai donc été recrutée comme Responsable de ce Pôle Technique qui compte au total 20 agents.
Mon arrivée a tout de suite été « chargée », en lien avec la structuration du Pôle Technique (un projet de service que j’ai mis en place), le renouvellement du marché de collecte et les nombreux projets initiés à concrétiser (le Codec*, l’expérimentation sur la collecte des biodéchets, le schéma directeur du réseau de chaleur, les chantiers jeunes, les foyers témoins du Défi 21 Familles…). J’avais également à cœur de renforcer la communication avec les services techniques des 21 communes, notamment par l’instauration de réunions semestrielles.

RSA : Quels sont les principaux challenges à relever ?

M.T.L’enjeu majeur est le management des équipes : la coordination, le pilotage des différents services opérationnels et la communication tant interne (en particulier avec le Pôle Ressources, la Direction générale et le Service communication) qu’externe (avec les différents prestataires, partenaires comme l’ADEME ou les éco-organismes et les autres collectivités). Il faut tout simplement mener cela de concert pour faire aboutir les projets en cours ou à venir au service des usagers.

RSA : Justement, quels sont les projets pour 2019 ?

M.T.En matière de collecte, ils sont nombreux. Il y a déjà l’extension, désormais opérationnelle, du dispositif d’enlèvement des encombrants et des DEEE sur appel à Champlan, Gif-sur-Yvette et St-Rémy-Lès-Chevreuse ( SiomActus mars 2019) ; puis le déploiement d’un service de biodéchets pour les gros producteurs (plus de 10T/an) qui souhaitent en bénéficier, l’extension de la Redevance Spéciale dans les communes de Ballainvilliers, La Ville-du-Bois, Linas et Monthléry.
S’y ajoutent une démarche d’optimisation des collectes et de la signalétique sur notre plateforme de déchèterie, une étude de faisabilité d’un système de stockage journalier pour le réseau chaleur, la poursuite des actions du Codec, la prise en main de l’application SiomDIRECT
C’est un programme dense, mais rien n’est impossible dès qu’on a la détermination et l’énergie d’avancer. J’ai la chance d’avoir des équipes très impliquées. Ce dynamisme allié à une ambiance de travail très agréable est le terreau essentiel pour faire pousser et voir s’épanouir de beaux projets… c’est mon Credo.

 

*CODEC : Contrat d’Objectifs Déchets et Economie Circulaire